Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dons de RTT : les soignants refusent la charité

18 Mai 2020 , Rédigé par La dépêche Publié dans #Social

Dons de RTT : les soignants refusent la charité

Ils ne veulent pas de chèques vacances mais de l’argent et des embauches. La dernière proposition de la majorité a été accueillie fraîchement par le milieu hospitalier.

Dans une lettre adressée à la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, et cosignée par 100 députés, un élu du Calvados, Christophe Blanchet, a proposé, cette semaine, "que l’on puisse permettre aux salariés qui le désirent et qui le peuvent, dans le public comme dans le privé, de faire don d’une partie de leurs congés payés", au bénéfice "de ceux qui luttent directement contre le coronavirus".

Ces jours de congés ainsi récupérés, uniquement sur acte de volontariat, pourraient constituer une somme qui serait redistribuée sous forme de chèques vacances. "Si chacun des 23 millions de salariés en France donnait juste un jour de congé ou de RTT, cela équivaudrait à 2 milliards d’euros à dépenser dans notre économie locale et nationale, en particulier dans le secteur touristique", ajoute le député de la 2e circonscription de l’Isère.

Interrogée à l’Assemblée lors de la séance de questions au gouvernement, Muriel Pénicaud a jugé la proposition "très intéressante".

Le gouvernement la "soutient pleinement" a-t-elle dit.

Une idée "particulièrement irritante"

Problème, la proposition n’a pas déclenché l’enthousiasme des intéressés, loin de là.

Mercredi soir, au micro d’Europe 1, Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF), a dénoncé une idée "particulièrement irritante".

Pour le monde hospitalier, "les urgences sont d’avoir des collègues supplémentaires pour pouvoir alléger notre charge de travail au quotidien, donc des embauches et surtout pas des dons de jours de RTT comme ça a été proposé", expose l’urgentiste.

Un peu plus tôt, toujours sur Europe 1, le neurologue François Salachas avait lui aussi dénoncé cette proposition : "Sérieusement, ça veut dire qu’en France, il faut faire appel à la solidarité ?", s’est étonné celui qui avait interpellé le président de la République lors de son passage à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière, fin février, sur la situation de crise vécue dans l’hôpital public.

Du côté des syndicats, les réactions ne sont pas plus enthousiastes.

Et un collectif inter-hôpitaux a également fait part de son sentiment, mitigé, sur cette proposition des députés LREM. "Pas mal de personnes vont être à la fois touchées et choquées", a expliqué sur France Info Agnès Hartemann, cheffe du service de diabétologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. "On aimerait que tous les métiers de l’hôpital soient reconnus. On attend toujours désespérément l’annonce de la mise à niveau des salaires", insiste la praticienne. Elle pointe le fait qu’il "va y avoir aussi beaucoup d’autres salariés que ceux de l’hôpital en difficulté sur le plan social".

 

 

    

 

Ch. B.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article