Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Thierry Lepaon à l'université du Medef. Chez lui, bien sûr...

9 Novembre 2019 , Rédigé par Bernard GENSANE Publié dans #Social

Thierry Lepaon à l'université du Medef. Chez lui, bien sûr...

Thierry Lepaon à l'université du Medef. Chez lui, bien sûr...

1 Septembre 2019

Si doute il pouvait encore y avoir sur les inclinations de l'ancien secrétaire général de la CGT, lisons le témoignage de Matthieu Bolle-Reddat, authentique syndicaliste, lui. Rappelons, pour en rire ... jaune, bien sûr, qu'en février 2017 Lepaon fut nommé délégué interministériel à la cohésion sociale, un poste qui lui va comme un gant. Et notons qu'en mars 2019, le banquier éborgneur l'a nommé au tour extérieur inspecteur général de la jeunesse et des sports de première classe (salaire environ 5 000 euros). Un poste qui lui va comme deux gants. Lepaon a bien mérité de la finance internationale.

Honteuse participation de Thierry Lepton à l’université du MEDEF au côté de Laurent Berger de la CFDT, qui se ressemble s’assemble. 

En même temps que pouvait-on attendre de ce si abject type ?

Ci-dessous message de mon camarade Matthieu Bolle-Reddat dont je partage chaque mot. Comme lui, j’espère que ceux qui l’ont toujours défendu rasent les murs et baisse les yeux vu toutes les insultes dont nous avons fait l’objet à l’époque lorsque nous dénoncions Thierry Lepaon et ses idées.

Matthieu Bolle-Reddat :

« Alors, puisque certains se posent des questions ou font mine de ne pas comprendre, je vais préciser rapidement ma pensée à propos du médiocre bouffe-gamelle Lepaon et de son intervention de collabo à l'Université d été du MEDEF : je suis extrêmement FIER de l'avoir combattu, dès 2012 quand il représentait la CGT au CESE, puis tout au long de son mandat dégueulasse comme SG de la CGT !

- Avant même les magouilles du BC pour le mettre à la tête de la CGT, mon Syndicat, le Syndicat CGT des cheminots de Versailles, fut l'un des seuls à dénoncer publiquement son rôle de rapporteur au CESE prônant "l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs".

Ce rapport indigne qu'il avait écrit et présenté, fut une caution et un des points d'appuis idéologiques de la "réforme ferroviaire" de Hollande ayant dissous la SNCF en 2014, de la casse de notre RH77 par Valls en 2016 et du "pacte ferroviaire" de Macron en 2018, phase terminale de la privatisation !

Comme tous les "vrais", j'ai perdu en tout 81 jours de grève sur ces 3 conflits, sans compter les journées d'action.

- Mon Syndicat, CGT des cheminots de Versailles, fut l'un des seuls à dénoncer publiquement son coup de poignard dans le dos des cheminots sur les ondes en 2014, quand il s'est déclaré satisfait du vote des amendements Chassaigne/UNSA/CFDT qui validaient le démembrement de la SNCF, et s'est permis d' annoncer carrément la fin de la grève des cheminots au 7ème jour de conflit, alors que 100% des AG du pays (unanimement animées par des militants CGT) avaient repoussé ces amendements et voté la reconduction de la grève, alors que le SG de la Fédération CGT des cheminots avait lui-même repoussé ces amendements qu'il qualifiait d "enfumage" !

- Mon Syndicat, CGT des cheminots de Versailles, fut l'une des rares structures à dénoncer sa violation ignoble de nos principes CGT de lutte de classe, son comming out collabo dans "Le Nouvel Économiste", où il a affirmé qu'il n y avait "pas d opposition de principe entre employeurs et salariés".

A côté de tout ça, l'affaire de son "bureau", de son "appart" et de ses "indemnités de départ", même si elles mettent en lumière la banqueroute morale du gars comme d'autres à son niveau, sont bien inconsistantes.

Le gars en question est certes minable, peu digne d intérêt, mais représente très bien 30 ans de dérive et de tentatives de recentrage à la CGT.

Il y a encore du nettoyage à faire, politiquement et syndicalement, "au balais de fer" comme le disait Lénine, pour redonner toutes leurs couleurs à nos outils de classe indispensables au Mouvement ouvrier !

Bref, je suis extrêmement FIER de l'avoir toujours dénoncé et combattu aux côtés de mes authentiques frères de classe, et je demande à ceux qui l'ont toujours défendu, aux lèches-culs et aux caporalistes qui nous traitaient de "traîtres anti-CGT", "d'alliés objectifs du MEDEF", de "gauchistes", de "staliniens", s'ils n'ont pas honte ?
J'espère bien que vous baissez les yeux et que vous rasez les murs , aujourd'hui... » 

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article