Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rentrée 2019 : Blanquer a perdu la « confiance ». Les luttes gagnent en confiance.

19 Septembre 2019 , Rédigé par crayons rouges Publié dans #Social

Rentrée 2019 : Blanquer a perdu la « confiance ». Les luttes gagnent en confiance.

La rentrée s’effectue dans la continuité du mouvement de lutte 2018/2019 d’une ampleur inédite depuis 15 ans.

Blanquer a perdu toute confiance (mot qui lui est pourtant cher…) par ses pratiques autoritaires et ses « fakes news » répétées. Les réformes du « meilleur élève » de Macron ne passent pas chez les enseignants du primaire et du secondaire, les lycéens ou les parents. Le défi, dès la rentrée, est de faire coïncider les luttes pour une riposte globale au projet de détricotage de tout le service public éducatif.

En deux ans, le ministre s’est complètement démasqué ! Déstabilisation du fonctionnement du lycée, réduction du bac à un diplôme local, coupe dans les moyens de l’enseignement pro, aggravation de la sélection à l’université, sortie de la formation des enseignants de leur temps de travail, création des établissements publics/privés « d’élite » ... Une série d’attaques très cohérente pour affaiblir le service public, réduire les dépenses et faire la part belle au patronat et au privé.

L’année passée, les mouvements des lycéens, des enseignants du primaire, puis du secondaire se sont renforcés. Blanquer commence à être désarçonné. En novembre/décembre, les lycéens se sont fortement mobilisés. Au printemps, les enseignants du primaire se sont massivement mis en grève (jusqu’à 70% sur Paris), notamment pour refuser la création des Etablissements Publics des Savoirs Fondamentaux (EPSF - fusion écoles-collèges). Le secondaire a embrayé à partir de mai contre la « réforme » du lycée et la casse programmée du bac.

Pour la première fois depuis l’avènement de Macron, un mouvement de lutte a réussi à faire douter et même à faire reculer le pouvoir.

Face aux lycéens, le duo Blanquer/ Castaner a répondu par une répression inouïe symbolisée par l’intervention policière de Mantes-la-Jolie. Cela a laissé des traces. Face aux personnels du secondaire et à leur action symbolique au moment du bac, Blanquer a dévoilé aux yeux de l’opinion son projet de dévalorisation du diplôme. Face aux personnels du primaire, il a dû reculer sur une mesure importante : la mise des écoles sous la tutelle des collèges.

Ces expériences appellent à une riposte coordonnée, possible, dès la rentrée, face à un projet global de plus en plus identifié.

EPSF : Blanquer s’apprête à remettre le couvert. La fermeture de nombreuses classes ou écoles va encore éloigner le service public de la population. Immanquablement, la rentrée souffrira du manque croissant d’enseignants, des effectifs alourdis par classe et de la dégradation des conditions d’apprentissage et de travail. Les dégâts de la réforme du lycée, en vue de la fin du bac en 2020, vont éclater. En cette rentrée, et comme à son habitude, Blanquer tente de noyer ces questions derrière un plan com’ préparé.

L’annonce de la revalorisation des traitements est destinée à faire croire que le ministre entend les enseignants sur les revendications salariales. L’augmentation sera en réalité inférieure à 20€ net par mois. Une misère qui ne résoudra en rien la problématique des faibles salaires dans l’éducation.

Autre plan com’ du ministre : le lancement d’un grand plan écolo pour l’éducation. L’art et la manière de cacher derrière un coup de peinture verte les vraies questions qui fâchent !

Le gouvernement Macron/Philippe est également profondément contesté sur la question de l’hôpital public. Les parallèles et convergences avec l’éducation sont évidents.

Le pouvoir marche aussi sur des œufs dans son plan de casse du système de retraite. La réforme annoncée va peser très lourd sur les pensions des futurs retraités, en particulier dans l’éducation (changement de la méthode de calcul de la pension, remise en cause des réversions, etc.).

Communistes, nous serons, dès la rentrée, de toutes les luttes pour dénoncer et pour mobiliser, sur la base de ces conditions de convergence de lutte manifestes. La défense du pilier que représente toujours le baccalauréat, diplôme national ouvrant l’accès aux études supérieures, peut et doit être un point de mire.

L’année scolaire dernière a montré que la lutte paye !

C’est par le rapport de force que nous pourrons mettre en échec Blanquer et défendre le service public d’éducation !

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article