Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il n'y a pas de petits profits pour le Grand Capital

17 Février 2018 , Rédigé par section PCF Bastides 81 Publié dans #Social

Il n'y a pas de petits profits pour le Grand Capital

Deux exemples:

                        - 1) Une personne, en invalidité, inapte au travail, décision du Tribunal du contentieux de la Sécurité Sociale touche une pension mensuelle de 578,05€ au 1/12/2017. Au 1/01/2018, l'augmentation de la CSG de 1,7% ramène sa pension à 543,48€ soit moins 34,57€ par mois. Elle est pourtant bien en dessous du seuil des 1200€ considéré comme la "barre de la richesse" selon Jupiter.

 

                        - 2) Une personne se rend chez un rhumatologue qui lui fait une infiltration. A moment de payer la consultation, on lui remet les documents médicaux dont l'ordonnance correspondant à l'avance des produits. Il faut aller à la pharmacie et remettre l'ordonnance avec sa carte vitale; "ils ont l'habitude, ils nous renvoient le contenu de l'ordonnance".

Le lieu de la pharmacie n'ayant pas été communiqué, le quidam rentre chez lui et s'arrête auparavant à sa pharmacie habituelle. Et là, il découvre le pot aux roses: jusqu'au produit, il n'est pas choqué, mais il l'est beaucoup plus quand il voit arriver sur la comptoir une boite de 100 compresses et une boîte de 10 pansements professionnels. Lors de la consultation, le praticien a utilisé une compresse et un pansement: le solde est au bénéfice du groupe privé européen qui gère plus d'une vingtaine d'établissements médico-chirurgicaux en France (plus de 60 en Europe) et qui se sert sur la collectivité et la Sécurité sociale.

Mine de rien, multiplié par le nombre de patients, de consultations et le nombre d'établissements, le résultat doit être assez conséquent sur 365 jours... "En même temps" comme dit "Manu" et sa Ministre Buzyn, il faut mieux gérer la santé en faisant des économies: apparemment combattre le détournement d'argent par les entreprises et les labos n'est pas dans les priorités qui, elles, sont dirigées contre les personnels et les patients....

Il semble que cette pratique soit répandue jusqu'aux médecins indépendants qui, pour certains, usent du même subterfuge.

Si les consultations ne sont, à leurs yeux, jamais assez chères, ils ne semblent pas gênés de faire des économies sur le dos de leurs patients: heureusement, ils ne sont pas tous comme cela et certains se rappellent encore avoir prêté serment d'Hippocrate...

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article