Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un système scolaire français défaillant / imparfait ?

6 Janvier 2018 , Rédigé par Section PCF Bastides 81 Publié dans #Social

Un système scolaire français défaillant / imparfait ?

Dans notre scolarité, on a tous eu le droit à des « tu as de la chance d’être à l’école, dans d’autres pays les enfants sont dans les champs ! ». Certes, nous avons une chance d’avoir une école « gratuite » et laïque. Mais est-ce une raison pour ne pas améliorer notre système et ne jamais évoluer ? Faut-il se dire sans cesse qu’il y a pire que nous ? Certainement pas !

Un système scolaire français basé sur la quantité...

On a souvent tendance à oublier qu’il existe mieux que notre système éducatif. En Europe, nous sommes pratiquement le seul pays dont l’emploi du temps est dispersé sur toute la journée. En Allemagne, les journées commencent à 8h30 et finissent à 13h30. En Finlande, les cours sont jusqu’à 15h. Ces journées plus courtes sont aussi pratiquées au Danemark, en Espagne, Italie.... Cela ne signifie pas qu’en France les élèves ont plus d’heures de cours. Les heures sont simplement mieux réparties dans l’année à l’étranger que dans notre pays. La France a plus de semaines de vacances durant l’année (soit moins de semaines de cours). Cette répartition du temps de travail peut avoir des conséquences sur l’apprentissage. Nous avons des cours en quantité, mais la qualité ?

mais la qualité n’est pas au rendez-vous !

Malgré le changement de gouvernement tous les 5 ans, LR ou PS, le résultat sur l’éducation est le même : un manque de fonctionnaires. Aujourd’hui, du primaire au lycée, les professeurs se retrouvent face à des classes de 35 élèves, voir parfois 40. Les établissements le plus souvent ne sont pas préparés à cette hausse d’élèves par classe. Résultat, lors du début du cours les élèves doivent aller chercher tables et chaises dans une autre salle. Non seulement, les cours sont intenables pour les professeurs, mais aussi pour les élèves qui doivent s’adapter aux conditions de travail (manque de chauffage l’hiver, trop chaud l’été, manque de matériel…). Mais n’oublions pas que dans un établissement scolaire, les médecins et conseillers/conseillères d’orientation sont indispensables ! Aujourd’hui l’orientation est un vrai problème : des milliers d’élèves se retrouvent dans une filière sans avoir eu le choix. De plus, le rythme scolaire ne permet pas aux élèves de faire des activités extrascolaires. Surtout qu’en rentrant, rebelote : les devoirs !

Quelles sont les conséquences sur les élèves ?

Ce système scolaire touche sûrement à sa fin. Les élèves veulent de moins en moins aller en cours. Pour l’année 2015-2016, 5,1 % des élèves en lycées généraux et technologiques étaient absents plus de 4 demi-journées par mois en moyenne sans justification. Pour les lycées professionnels, c’est 11,8 %… Bien évidemment, dans ces absences, on ne compte pas les faux justificatifs.

De même, on oublie souvent de mentionner le taux d’élèves atteints de phobies scolaire : 6 % des élèves de 15 à 19 ans.

Et la santé des élèves ?

« Le poids du sac ne devrait pas dépasser 10 % du poids de l’élève ». Le poids moyen d’un sac de lycéen est de 8,5 kilos (soit chaque élève devrait peser au minimum 85 kilos pour porter sans risque ses affaires)

Autre souci majeur : le poids des cartables ! Eh oui, encore une fois, malgré la bonne volonté de la FCPE (campagne en 2013) pour lutter contre le poids du sac, rien ne change ! Pourtant des solutions, il y en a : Ce qui pèse le plus dans un sac, ce sont les manuels scolaires. Le plus efficace serait donc de permettre aux élèves de laisser leurs manuels à la maison, et soit d’en avoir en double dans les établissements ou plus simplement de numériser les manuels pour les projeter sur le tableau à la classe. D’autres mesurettes possibles : diviser chaque manuel en trois livrets (1 par trimestre) comme cela se fait déjà en Espagne, pour permettre aux élèves de ne prendre que le thème sur lequel ils travaillent en classe. Sinon, la plus légère des mesures serait de favoriser la création de casiers (pas seulement réservés aux internes ou aux plus jeunes) pour déposer son matériel.

Les jeunes valent mieux que ça !

Comme l’explique Franck Lepage dans ces conférences gesticulées « Inculture » (cf. https://www.youtube.com/watch?v=XmdRrl3-ghY ), notre système éducatif ne permet pas la réussite de tous, mais au contraire établit une sélection. Durant les cours, c’est l’individu qui compte et non le groupe, tout est fait pour qu’on ne stoppe pas les meilleurs : le rythme est imposé par ceux qui apprennent le plus rapidement, laissant les autres accumuler les retards au lieu de les résorber. Cette méthode éloigne certains élèves du système scolaire, environs 100 000 élèves sortent du système scolaire chaque année (cf. http://www.gouvernement.fr/action/le-decrochage-scolaire). Notre système scolaire actuel est donc structuellement inégalitaire !

Que demandent les jeunes ?

* Des classes à effectifs réduit.

* Une augmentation du nombre de fonctionnaires (enseignants, conseillers d’orientation, infirmiers...).

* La prise en compte du poids des sacs lors de la sélection des manuels par les professeurs.

* La gratuité des fournitures et des transports scolaires ainsi que de la cantine : chaque famille dépense en moyenne 150 euros par an pour les fournitures scolaires d’un élève.

 

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

7775décadence 20/12/2019 16:50

Dans un réputé lycée de Béziers où furent scolarisés Jean Moulin & Edgard Faure un élève- voyou a envoyé son professeur aux urgences après avoir reçu une claque dudit professeur.Les parents de l’élève ont aussitôt porté plainte contre le professeur gravement blessé et ce dernier a été convoqué par son rectorat ! La routine : le professeur est traité comme un esclave (ou un sous-homme ?)par un délinquant et,qui plus est,il est inquiété par sa hiérarchie administrative.Ce double harcèlement que subit fréquemment le professeur en France est une honte pour nous tous.Ce renversement des valeurs et cette démolition méthodique et systématique de l’autorité comme du travail des professeurs sont à la racine du désastre du système éducatif français qui se trouve désormais relégué dans les profondeurs des classements internationaux (type PISA)des systèmes éducatifs.Il y a 8 ans,dans la même ville (Béziers)une professeur de maths/sciences s’immolait par le feu afin d’alerter collègues & pouvoirs publics sur l’institutionnalisation du harcèlement dans le système éducatif français:son alerte n’a pas été vraiment entendue.La DRH de l’Académie de Montpellier ne suggérait-elle pas à des professeurs dans ce même lycée Jean Moulin « pensez à l’euthanasie si les reconversions ne vous conviennent pas » ?La responsabilité des pouvoirs de l’Etat est évidemment écrasante dans cette situation tragique :pas de vague est plus que jamais le seul mot d’ordre qui vaille dans une institution en pleine décadence.Soutien total à ce professeur de lettres.